20 – Jour de colère !

20 – Ce ne sont pas les cloches de Pâques qui vont sonner mais d’autres !

Pour une fois, je vais me départir de ma bienveillance habituelle et pousser un coup de gueule en illustrant encore une fois, combien la vie d’un entrepreneur de TPE peut être pourrie par les règles absurdes d’une administration inhumaine.

Une caisse de retraite, la CIPAV pour ne pas la nommer, me réclame des cotisations retraite sur une activité que je n’exerce pas, dans une société sans activité et sans revenus, qui a juste pour rôle de détenir des parts dans mon entreprise principale pour laquelle j’exerce à plein temps mon mandat de gérant et pour lequel je cotise à taux plein pour ma retraite.

Cela fait dix ans que la CIPAV exige et me poursuit pour que je paye une retraite en double alors que mon travail me permet de cotiser déjà pour une retraite. Le seul motif est que puisque l’entreprise existe, on doit pouvoir la racketter.

Le plus extraordinaire, est que les URSSAF, le RSI, les impôts, ont acté depuis longtemps que cette société n’a pas d’activité, pas de revenus et qu’elle détient juste des parts dans une autre entreprise.

Combien d’entre nous avons des sociétés dites holding qui n’ont pas d’activité, pas de revenus, dans la même situation que ma holding, parce ce que c’était la seule solution pour gérer l’entrée ou la sortie d’associés, même si c’est tantine, papa, maman ou les copains qui investissent dans votre boite. Pouvez vous me dire si vous cotisez deux fois, trois fois, voire quatre au motif que vous avez créé ce type de société ?

Quel est le but de l’administration de récupérer plusieurs fois les cotisations retraite pour les mêmes trimestres ? Elle a peur qu’on crève avant ?

Comment sort-on de ce cauchemar administratif ?

Est ce qu’il faut que je fasse une grève de la faim ?

Est ce qu’il faut que je m’expose au sommet d’une grue pour qu’on m’entende ?

Est ce qu’il faut que j’en arrive à une extrémité fatale ?

Est ce que quelqu’un m’entend dans cette indifférence générale ?

Je ne vole personne

Je ne fraude personne

Je respecte les normes, les lois, les règles, les directives. Pourquoi cet acharnement absurde ?

L’État nous tue !